Journée de Cohésion USMV Rugby Loisir- 11 septembre2015

Il est 8h45 ce samedi matin. En ce début de weekend, à la météo aussi incertaine qu’une victoire de Saint André avec l’équipe de France, un petit attroupement se forme aux abords du stade de rugby des Martres de Veyre. Aujourd’hui la célèbre et redoutable section loisir du Rugby Martrois s’apprête à partir en journée cohésion à la montagne.  Au programme : Accrobranche et randonnée, casse croûte et petit rosé.

 Le car est là, les derniers joueurs arrivent, le pique nique est chargé, tout est en place. Un premier rosé en guise de café et l’équipe monte dans le bus. Environ une petite heure pour rejoindre le Capucin au dessus du Mont Dore où l’USMV est attendue. Le trajet se fait dans le calme : la journée risque d’être longue et éprouvante, on garde ses forces, il va falloir tenir.

 A la surprise générale il ne pleut pas (encore) au Mont Dore et le car se gare enfin au pied du parcours aventure. Les joueurs descendent, sérieux et concentrés, près à en découdre avec les éléments. Un dernier briefing autour d’une bière et c’est parti. Harnaché et casqué le 15 Loisir évolue d’un arbre à l’autre avec aisance et assurance. Ces solides guerriers retrouvent en eux des sensations oubliées. Insensibles au vertige ils terminent la première  épreuve rapidement et, avouons-le modestement, sans (trop) forcer. Ce n’est malheureusement que le parcours enfant et il va falloir se rendre à l’évidence, l’USMV Loisirs a gagné une bataille certes, mais pas la guerre !

 Cette fois la hauteur n’est plus la même et les gestes sont moins sûrs. Les mains trembles, le pas est lent et douloureux, les mouvements, précis, sont murement réfléchis et la progression nettement moins rapide. Soudain, aussi prévisible qu’un carton jaune sur Cudmore en fin de première mi temps, l’orage finit par éclater. Mais rien n’arrête nos fidèles rugbymen ! Dévalant les tyroliennes, franchissant les ponts de singes, ils se jettent à corps perdu dans la mêlée sous une pluie battante. L’arbitre siffle la fin de la première mi temps et les joueurs se regroupent en sécurité sous un arbre pour décider de la tactique à suivre en seconde période. Un premier groupe décide courageusement de se réfugier au café afin de se réchauffer. Les autres, les plus téméraires (ou les plus fous) continuent l’aventure. Enfin, l’arbitre finit par siffler la fin du match.

La douche est déjà prise ! Les gars se sèchent tant bien que mal et une table de fortune est installée dans le cabanon mis gentiment à disposition par le propriétaire des lieux. Après un rapide débriefing autour d’une bière il est décidé, au vue de la pluie partie pour durer, d’annuler la randonnée prévue. L’apéro est donc servi, suivi d’un casse croûte maison dont seul le Rugby Loisir à le secret. L’après midi étant déjà bien entamée, au moins autant que la plupart des joueurs, il faut redescendre aux Martres. Le trajet retour est plus bruyant, agrémenté de quelques chansons de circonstance et de regroupements, en fond de bus, tout juste règlementaires.

 Lorsque les joueurs descendent du car, ils sont acclamés par une foule en délire qui scande leurs noms en leur lançant des pétales de rose (NDLR : Cette information est encore à prendre avec précaution, il se pourrait que la source de cette dernière ne soit pas en pleine possession de ses moyens au moment des faits). Et c’est dans cette ambiance qui frôle l’hystérie collective, que l’équipe tout naturellement se tourne vers son plus fidèle allié, à savoir, la buvette.

 Après quelques pressions pour enlever la pression, les discussions deviennent passionnées et les gars refont le match. Certains partent d’autres arrivent. L’heure de l’apéro se rapproche dangereusement. Une dernière bière et la buvette est fermée. Le barbecue frétille pendant que le 15 du Loisir regarde le match de l’ASM, match aussi maussade que la météo et aussi nul que son résultat. Mais il en faut plus que ça au Rugby Loisir pour perdre sa légendaire bonne humeur ! Un ultime apéro et les saucisses sont cuites, les joueurs aussi. Certains s’octroient une petite sieste, confortablement installés à même le sol, les bras en croix, au milieu du foyer. Les corps commencent à fatiguer, les esprits perdent en lucidité, l’équilibre devient fragile. Les derniers ferment la boutique à l’heure où les fêtards du samedi soir commencent à peine la soirée. Mais c’est ça aussi le Rugby Loisir, une propension à toujours rester raisonnable dans l’excès.

Fatigués par cette belle et sportive journée nos vaillants rugbymen se quittent, fiers et dignes, satisfaits du devoir accompli, prêt à renouveler cette expérience, qui de l’avis générale restera pour tous une belle réussite !

ROMS

 

20151006141236924392

                                                                  Jusqu’ici tout va bien…